Évènements expositions

Partenariat entre Les Amis du Musée La Maîtrise de Bordeaux et l’association Cathedra. Nous partageons tous la même passion pour les arts et la musique

Conférence du 23 avril 2018 à 18h Athénée amphithéâtre Wrésinsky

Avec Laurent Croizier, enseignant, manager de la Route des Théâtres historiques d’Europe

Vanhal, Mozart et la vie musicale à Prague et à Vienne au XVIIIe siècle qui alliera art et musique en lien avec le magistral concert qui sera donné le 3 mai à la Cathédrale de Bordeaux :

Présentation de la conférence

C’est à une passionnante immersion dans la vie musicale de la fin du XVIIIe siècle que nous convie Laurent Croizier dans cette conférence. Entre Vienne et Prague s’exposeront les parcours du méconnu Vanhal et du célébrissime Mozart. Né en Bohème en 1739, le premier est l’auteur de plus de 70 symphonies, lesquelles — comme ses quatuors à cordes, ses concertos ou sa musique religieuse — furent extrêmement célèbres en leur temps. Entre 1760 et 1780, il s’impose même comme l’un des symphonistes les plus admirés aux côtés de Haydn, au point que l’on attribua à ce dernier quelques-unes de ses compositions! Mozart, quant à lui, illuminera la vie musicale de cette fin de siècle tant à Vienne qu’à Prague où sera créé son Don Giovanni en 1787. Divers extraits musicaux illustreront cette intervention.

 Jeudi 3 mai 2018 concert à 20h30 à la cathédrale de Bordeaux place Pey Berland

STABAT MATER de Jean-Baptiste Vanhal
pour solistes, chœur et orchestre avec :
Les Demoiselles de la Maîtrise de Bordeaux, Ensemble orchestral Alexis Duffaure
Avec Marie-Adeline Henri soprano
Après avoir prolongé ses études au conservatoire de Bologne en Italie, Marie-Adeline Henry intègre l’Atelier lyrique de l’Opéra de Paris de 2005 à 2008. Elle remporte de nombreux prix dont le 1er prix femme au concours de Marmande 2012, le Prix de la meilleure interprétation d’un air en langue française au concours Régine Crespin 2012, le 3ème prix au 64ème concours de Genève, Le 2ème Prix au concours de Nantes…Et Aude Extrémo alto : Aude Extrémo débute ses études de chant au CNR de Bordeaux puis elle intègre en 2008 l’Atelier Lyrique de l’Opéra Bastille à Paris. Elle remporte le premier prix du concours des Amis du Grand Théâtre de Bordeaux en 2007, et, en 2009, le premier prix du concours des « Jeunes talents lyriques ». Elle est « révélation classique » de l’ADAMI en 2010.
Sous la direction de Alexis Duffaure

  •  Réservation : 05 35 54 48 28 :  le tarif préférentiel à 10€ est réservé aux membres de la Société des Amis du Musée des Beaux-Arts de Bordeaux

Rappel réservation et modalités :

Vous connecter sur le site : contact@cathedra.fr puis rechercher Espace réservation en ligne

Tarif préférentiel réservé aux Amis du Musée des Beaux-Arts 10€

Vous pouvez réserver par téléphone au 05 35 54 48 28 ou le soir de la conférence du 23 avril 2018 ; arriver de préférence à 17h, soit une heure avant la conférence qui débutera à 18h

Nous vous attendons tous très nombreux pour ces deux évènements exceptionnels avec les Amis du Musée et l’association Cathedra. Les arts et la musique, c’est avec nous tous qui partageons les mêmes passions.

 

 

 

 

 

 

Visites commentées organisées par les Amis du Musée

Exposition : Philippe Mohlitz Pilleur de rêves

Musée des Beaux-Arts, , salle des actualités, aile sud, 2 mars 4 juin 2018

Réservées aux adhérents de la Société deux visites commentées par Isabelle Beccia sont au programme :
Samedi 17 mars : rendez-vous 10h45, place du colonel Raynal

Samedi 28 avril : rendez-vous 10h45, place du colonel Raynal
Inscriptions par courriel, dans la limite des places disponibles, nombre limité à 50 personnes. Munissez-vous de vos cartes de membre. Merci.

courriel : amis@amis-musees-bordeaux.com

Tel 06 65 67 58 18/05 56 08 80 24

 

 

Georges Dorignac

Un artiste à na pas oublier : après les deux expositions qui lui ont été consacrées en 2017

Né à Bordeaux le 8 novembre 1879, Léon-Georges Dorignac intègre, à l’âge de treize ans, l’école municipale des Beaux-Arts de Bordeaux. En 1899, il s’installe à Paris et entre à l’École des Beaux-Arts, dans l’atelier du peintre Léon Bonnat, qu’il quitte au bout de six mois, pour intégrer le groupe des peintres espagnols qui ambitionnent de conquérir Paris. Après avoir exécuté des tableaux de la vie familiale qui lui valurent une grande renommée tant sa technique est affirmée, il s’installe à la Ruche en 1910. Côtoyant les artistes de l’Ecole de Paris, Epstein, Modigliani, Soutine, il abandonne sa période fleurie pour créer de 1912 à 1914 des dessins et des monotypes au fusain, à l’encre noire et à la sanguine qui furent aussitôt remarqués par la critique. Ce sont des portraits, des nus, des travailleurs dont les silhouettes se détachent sur la feuille blanche.  Après la guerre de 1914, il créé des projets pour des tapisseries, des vitraux et des mosaïques qui lui valurent de vivre confortablement de son art. En 1922 il crée l’affiche du Salon d’Automne qui fera la couverture du livret. La gloire est là. Lui qui n’en voulait pas se voit propulsé sur le haut de l’affiche mais sa notoriété va se consumer peu à peu pour ne ressurgir qu’aujourd’hui  avec les deux expositions qui lui sont consacrées grâce au travail de Marie-Claire Mansencal.

Bibliographie : MANSENCAL Marie-Claire, Georges Dorignac Le Maître des figures noires, Paris, éditions le Passage, 2016.