Toulouse-Lautrec : la stratégie de l’éphémère

Nicholas Zmelty

Maître de conférences histoire de l’art contemporain, université de Picardie Jules Verne, directeur du département d’histoire de l’art et membre du Centre de Recherche en Arts et Esthétique, il a tout d’abord été chargé d’études et de recherche à l’Institut national d’histoire de l’art et postdoctorant au Laboratoire d’Anthropologie sociale du Collège de France. Sa thèse de doctorat publiée en 2014 aux éditions Mare & Martin sous le titre L’Affiche illustrée en France au temps de l’affichomanie 1889-1905 a été récompensée par le Prix du Musée d’Orsay.

 

Personnage haut en couleurs à la fois tendre et railleur, Henri de Toulouse-Lautrec est célèbre pour ses portraits intransigeants, ses scènes de maisons closes d’une incomparable justesse et surtout ses images des nuits montmartroises dont il fut l’un des seigneurs. Maintes fois mises en exergue, ces réalités finissent trop souvent par cantonner l’œuvre de Toulouse-Lautrec à une dimension quasi-documentaire, l’artiste étant volontiers dépeint comme un « témoin de son temps », au risque d’occulter au moins partiellement d’autres facettes tout aussi fascinantes de son travail et de sa personnalité.

Nous proposons donc de porter un regard attentif sur la trajectoire et le positionnement esthétique et social de Toulouse-Lautrec au sein du paysage artistique complexe de son époque afin de comprendre par quels mécanismes l’artiste a tâché de structurer et d’imposer cette identité fortement caractérisée qui aujourd’hui encore lui permet d’échapper à toute espèce d’étiquetage.

 

Vendredi 18 janvier 2019, conférence à 18h, Athénée, amphithéâtre Wrésinski, place saint Christoly

 

Ill. : Toulouse Lautrec, Yvette Guilbert chantant, détail

 

 

Facebook