Rodin : l’atelier de la création

  • Ugolin et ses enfants, vers 1881, détail

 

  • Conférence par Antoinette Le Normand Romain,

 

conservateur général, Antoinette Le Normand-Romain a fait des études d’histoire de l’art à l’université Paris X. Docteur en histoire de l’art, conservatrice des musées nationaux, musée d’Orsay, responsable des sculptures au  musée Rodin, le 23 juin 2006 elle a été nommée directrice générale de l’Institut national d’histoire de l’art (INHA), succédant à Alain Schnapp, son premier directeur. Elle supervise l’installation de la bibliothèque Doucet d’histoire de l’art dans ses locaux définitifs, le développement des relations de l’Institut avec des institutions nationales et internationales, et quelques expositions.

La réputation d’Auguste Rodin est et restera. Il était parvenu à transmettre à l’humanité que, pour l’artiste, tout est beau dans la nature, comme dans la si magnifique laideur de sa sculpture, « La Belle Heaulmière », une courtisane qui fut jadis si radieuse de jeunesse et de grâce. Ce qu’on nomme communément « laideur » dans la nature, disait Rodin, peut dans l’art devenir d’une grande beauté. « L’art c’est le plaisir de l’esprit qui pénètre la nature et qui y devine l’esprit dont elle est elle-même animée. C’est la joie de l’intelligence qui voit clair dans l’univers et qui le recréé en l’illuminant de conscience. L’art, c’est la plus sublime mission de l’homme puisque c’est l’exercice de la pensée qui cherche à comprendre le monde et à le faire comprendre » écrivait Paul Gsell. Pour Rodin, tout est beau parce qu’il marche sans cesse dans la lumière de la vérité spirituelle.

 

  • Vendredi 7 octobre 2016.  A 18 heures, Athénée amphithéâtre Wrésinsky, place Saint-Christoly
Facebook