Peindre le théâtre au XIXe siècle

  • Degas Edgar La Ballerine

 

Martine Kahane

Conservateur général des bibliothèques

Conservatrice général des bibliothèques, directrice de la Bibliothèque-musée de l’Opéra, elle a ensuite créé et dirigé le service culturel de l’Opéra national de Paris. Le Palais Garnier est sa terre d’élection, le XIXe siècle sa période favorite, la Petite danseuse de quatorze ans de Degas son œuvre préférée, d’où une vingtaine d’expositions et autant de publications sur l’architecture de Charles Garnier, les ateliers de costumes, le Ballet de l’Opéra, les Ballets Russes de Diaghilev ou encore le modèle du sculpteur. Martine Kahane a été directrice du Centre national du costume de scène, institution unique et atypique consacrée au patrimoine matériel des théâtres, qu’elle a ouvert en juillet 2006 à Moulins dans l’Allier. Elle est aujourd’hui présidente des Arts Florissants.

Les peintres amoureux de la scène ont été nombreux non seulement au XVIIIe siècle avec  André Gillot et Antoine Watteau mais aussi au XIXe siècle, dont les habitués de ces scènes de théâtre et de cabaret portent des noms devenus célèbres :  Edgar Degas, Jean Beraud et Toulouse Lautrec. Le peintre réaliste Jean Béraud, un des principaux peintres de la vie parisienne, peint avec réalisme le milieu feutré de la bourgeoisie, l’ambiance des cafés et les lieux de spectacle avec son célèbre tableau « La Sortie de théâtre ». Quant à  Toulouse Lautrec, considéré comme étant l’âme de Montmartre, il  croque la vie de bohème et  dépeint avec brio la vie nocturne :  » La Goulue entrant au Moulin Rouge », « Yvette Guilbert » ou encore « Le Salon de la rue des Moulins ». Si Edgar Degas eut une passion pour les champs de courses où le cheval, dont il connaît les formes et les attitudes,  est largement représenté, il fréquente assidument le théâtre et ses coulisses. A en croire Paul Jamot, jamais peintre n’a mieux traduit la poésie du théâtre : poésie du décor, de la lumière, du rêve, du lointain, de l’insaisissable, tandis que de blanches apparitions glissent avec des gestes mystérieux, sous les arcades du cloitre enchanté.

 

  • Vendredi 19 janvier 2018 à 18h Athénée amphithéâtre Wrésinsky place saint Christoly

 

Facebook