L’énigme des sarcophages de Sidon

Jacques des Courtils

Professeur d’art antique et d’archéologie, université Bordeaux III. Docteur en Antiquités grecques et romaines et membre de l’Ecole Française d’Athènes, Mr des Coutils est professeur d’histoire de l’art antique et d’archéologie à l’université Michel de Montaigne-Bordeaux. Il a conduit de nombreuses fouilles en Grèce et en Turquie ce qui lui a valu plusieurs distinctions, dont le grand prix international d’archéologie. En 2015 a paru sous sa direction un ouvrage collectif : « L’architecture monumentale grecque au IIIe siècle avant J.-C. ».

 

En 1887, un paysan de la région de Saïda (Liban) découvre par hasard un tunnel obscur menant à une nécropole souterraine. Les autorités de la Sublime Porte aussitôt alertées pratiquent une fouille et découvrent une demi-douzaine de sarcophages sculptés qui sont aujourd’hui la gloire du musée d’Istanbul. Ils constituent encore un mystère aujourd’hui: échelonnés sur plus d’un siècle, œuvres d’artistes grecs, ces sarcophages abritaient les restes des souverains d’un petit royaume phénicien. Comment expliquer leur présence si loin de la Grèce? Et pourquoi l’un d’entre eux est-il orné d’un portrait d’Alexandre le Grand? Une belle énigme archéologique…

 

Vendredi 15 février 2019, conférence à 18h, Athénée, amphithéâtre Wrésinski, place saint Christoly

 

Ill. ; Alexandre vainc les perses, un des grands cotés du sarcophage

Facebook