Francis Bacon

Didier Ottinger

Directeur adjoint, Centre Pompidou

Peintre irlandais, Francis Bacon est né le 28 octobre 1909 à Dublin de parents anglais. Il décède le 28 avril 1992 à Madrid.  Bacon a souvent dit que son art est une tentative pour reproduire la violence de la réalité elle-même, violence qu’il connaît bien pour avoir grandi dans un milieu hostile. Il quitte à l’âge de seize ans son pays natal, pour une longue période de dérive. On le retrouve à Londres, puis Berlin, et ensuite Paris, où il découvre l’art de Picasso. Un an plus tard, en 1929, de retour à Londres, il dessine du mobilier tubulaire métallique dans le goût du Bauhaus. C’est à cette époque qu’il commence à peindre. En 1933 il produit ses premiers tableaux importants dont une audacieuse crucifixion surréaliste. Rejetant le réalisme traditionnel et l’abstraction, privé de contenu humain, Bacon s’est obstinément concentré sur le sujet mais dans une forme totalement distordue, son objectif étant d’ouvrir les soupapes du sentiment et renvoyer ainsi d’autant plus violemment le spectateur  à la vie. Son écriture reconnaissable fait de lui un des plus grands créateurs du XXème siècle, dont l’oeuvre mélange la violence, la cruauté, la tragédie humaine. Elle se déploie en de grands triptyques mettant en scène sa vie, ses amis, son admiration pour Diego Vélasquez, Vincent van Gogh ou Pablo Picasso, ou par des portraits torturés, comme pliés dans la texture de la toile, de ses amis Michel Leiris, Mick Jagger.

 

Vendredi 10 mai 2019, conférence à 18h, Athénée, amphithéâtre Wrésinsky, place saint Christoly

Ill. : Bacon Francis, triptyque, Portraits

 

Facebook