Femmes au gynécée Femmes en extase sous l’empire de Dionysos autour d’un vase à boire de l’Athènes classique – Marie-Christine Villanueva

Le vase présenté, malheureusement fragmentaire, mais auquel un nettoyage récent a rendu tout son éclat est exceptionnel à plus d’un égard. Produit  à Athènes en pleine époque classique, vers 450 avant notre ère, dans un atelier du Céramique,  le quartier des potiers, il présente une technique rare et raffinée : sur un engobe blanc,  le peintre  a tracé, d’un pinceau  assuré usant d’un vernis plus ou moins dilué aux tonalités changeantes, des figures rehaussées d’une riche polychromie. La forme du vase, restituée  avec une très forte probabilité à partir de la partie conservée, correspond à une rareté : un rhyton,  une sorte de corne à boire. Celle-ci constitue d’une part  un exploit technique par l’assemblage d’une partie moulée et d ‘une partie tournée. De plus, forme dérivée de prototypes métalliques orientaux, elle connaît une utilisation et une diffusion originales. Enfin, les deux thèmes réunis, dont chacun occupe une face de la partie conservée, présentent deux aspects opposés et complémentaires de la vie féminine à Athènes : les travaux de la laine dans l’espace du gynécée, la partie de la demeure qui leur est réservée, et l’exaltation paroxystique  à laquelle certaines pratiques cultuelles, en particulier à l’intérieur de la religion dionysiaque, leur fournissent l’occasion de s’adonner pour la courte durée  et dans le cadre contrôlé d’une célébration.

Facebook