Enquête policière : trente tableaux du XVIIe siècle en recherche d’identité. Pourquoi demeurent-ils anonymes ? – Arnauld Brejon de Lavergnée

Plusieurs tableaux sont en quête d’auteur. Il n’est pas rare de mener une véritable enquête policière pour retrouver sa trace.
Mais, parfois, faute de preuves convaincantes, certains demeurent sans maître.

Pourquoi demeurent-ils sans maître ? l’histoire de l’art, véritable science, a besoin de certitudes. En confrontant certaines oeuvres entre elles, techniques, détails, coloris, on peut parvenir à donner une attribution ou même à trouver l’auteur. Giovanni Morelli (1816-1891) fut un de ces théoriciens. Dans un de ses ouvrages il exposa pour la première fois sa méthode d’attribution scientifique, exemple : l’Apollon et Daphné de Dosso Dossi (autrefois attribué à Caravage) et d’après sa théorie, ce tableau fut redonné à son maître. Malgré tous les préceptes énoncés, malgré les documents que l’historien aurait pu retrouver dans les archives, dans les registres paroissiaux, les inventaires, les minutiers des notaires, certains tableaux resteront anonymes.

On sait que tout tableau peut perdre trois types de renseignements : son auteur, son titre, sa provenance. M. Arnauld Brejon de Lavergnée va s’attacher à commenter en public une trentaine de tableaux célèbres de l’art européen des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, comme le Louvre ou la National Gallery de Londres. La liste aurait été dressée par le professeur Thuillier qui souhaitait organiser une exposition sur ce thème au Palais des Beaux-Arts de Lille, au début des années 2000.

Pourquoi un tableau devient-il anonyme ? A-t-il la chance d’être atrtribué ? Qu’est-ce qu’il apporte à l’histoire de l’art, autant de questions auxquelles l’auteur tâchera de répondre. Dans la conférence, seront analysés plusieurs tableaux du Musée des Beaux-Arts de Bordeaux.

Facebook