ILL. portrait de femme, détail, Metropolitain Museum of Arts, New York.

Les portraits du Fayoum, derniers visages de l’Egypte romaine

Sarah Kourdi

Docteur en Histoire de l’Art et Archéologie (Université Bordeaux Montaigne), elle a soutenu sa thèse sur « L’individuation du portrait dans l’Orient romain (1er – 4e siècle apr. J.-C.) : aspects artistiques et sociologiques » (2022) sous la direction de M. Jacques des Courtils. Ces axes de recherches portent sur l’Asie mineur et la méditerranée grecque, ainsi que sur le portrait funéraire, lesportraits du Fayoum, l’Égypte gréco-romaine, l’Orient romain et la Peinture (matériaux et techniques) dans l’Antiquité

 

Les portraits du Fayoum sont les témoignages les mieux conservés de l’art du portrait peint dans le monde antique, et plus précisément entre le Ier et le IVe siècle de notre ère. Retrouvées en contexte funéraire, ces effigies figurent les visages d’individus appartenant à l’élite de l’Egypte romaine. Ces portraits peints étaient placés sur les dépouilles momifiées destinées à affronter l’éternité, comme le prévalaient les croyances de l’époque pharaonique. D’un naturalisme saisissant, les portraits du Fayoum fascinent autant qu’ils intriguent, et reflètent un syncrétisme culturel et artistique unique. Cependant, leur étude soulève plusieurs interrogations quant à leur réalisation, leur finalité première et leur symbolique.

DATE

21/03/2025

Lieu

Bordeaux Athénée amphithéâtre Wrésinski

Durée

18H - 1H15

Adhérer