Ill. Sandro Botticelli, Le Printemps, Galerie des Offices, détail

L’art peut-il être au service de la vie ?

Thomas Schlesser

Docteur en histoire de l’art, de l’École des hautes études en sciences sociales sur l’artiste réaliste Gustave Courbet. Professeur d’histoire de l’art à l’Ecole polytechnique et Directeur de la Fondation Hartung-Bergman à Antibes il a pour mission d’assurer la conservation et la valorisation des milliers d’œuvres, des archives et du patrimoine architectural de la propriété d’Antibes, conçue par Hartung ». Il a publié plusieurs livres, Réceptions de Courbet, fantasmes réalistes et paradoxes de la démocratie en 2007, Paul Chenavard, L’univers sans l’homme Hazan, 2016, « Faire rêver: De l’art des Lumières au cauchemar publicitaire » octobre 2019, et son dernier ouvrage est intitulé « Les yeux de Mona » paru aux éditions Albin Michel.

 

L’art nous donne une leçon de formes, une leçon de maîtrise technique, et évidemment une expérience esthétique. Mais, au-delà de cette évidence, il y a dans l’art une ambition existentielle. D’où une question abyssale : l’art peut-il être au service de la vie ? Et si oui, est-ce pour le meilleur ou pour le pire ?

DATE

16/05/2025

Lieu

Bordeaux Athénée amphithéâtre Wrésinski

Durée

18H - 1H15

Adhérer