Le Triomphe de Silène

Le Triomphe de Silène

Le Triomphe de Silène

Huile sur toile
101 x 124 cm

Provenance : – Collection particulière, Sud-Ouest de la France

Acquisition en mars 2020 par la Société des Amis du Musée des Beaux-Arts de Bordeaux auprès de la Galerie l’Horizon Chimérique, Bordeaux, 35000€
Offert au Musée des Beaux-Arts la même année

Entré en 1612 dans l’atelier du peintre bruxellois Michel de Bordeau, agréé en 1622 maître de la guilde bruxelloise de Saint-Luc, Karel Philips Spierincks, arrivé à Rome deux ans plus tard, s’y installe durablement jusqu’en 1639, date de sa mort. Gratifié du surnom italien « Carlo Filippo Flammingo », il reçut des commandes d’églises et de particuliers.

Ayant retrouvé ses compatriotes dont François Duquesnoy lui aussi né à Bruxelles en 1597, et arrivé dans la Ville Eternelle en 1618, il fait la connaissance de Nicolas Poussin arrivé à Rome en 1622,
L’influence de ces deux artistes sera déterminante dans l’évolution de la carrière de Spierincks qui, à son tour, s’introduit dans le milieu romain des lettrés. Cette émulation, stimulante pour notre peintre, s’accordait à ses goûts pour les allégories et les thèmes mythologiques très en vogue en ce début du XVII° siècle. Dans le « Triomphe de Silène » on perçoit une double influence, celle de son ami Duquesnoy, son exécuteur testamentaire, notamment dans la partie droite du tableau qui figure une farandole d’angelots et dans le haut de la composition l’influence de Poussin se fait plus précise encore dans la conception du paysage et de ses effets luministes..

Bibliographie : Anthony Blunt, The Burlington Magazine
Vol. 102, n° 688, Nicolas Poussin and His Circle (Jul., 1960), pp. 308-311

Facebook

Découvrir également d'autres acquisitions