Le french-cancan, produit français

Martine Kahane

Conservateur général des bibliothèques, directrice de la Bibliothèque-musée de l’Opéra, elle a ensuite créé et dirigé le service culturel de l’Opéra national de Paris. Le Palais Garnier est sa terre d’élection, le XIXe siècle sa période favorite, la Petite danseuse de quatorze ans de Degas son œuvre préférée, d’où une vingtaine d’expositions et autant de publications sur l’architecture de Charles Garnier, les ateliers de costumes, le Ballet de l’Opéra, les Ballets Russes de Diaghilev ou encore le modèle du sculpteur. Martine Kahane a été directrice du Centre national du costume de scène, institution unique et atypique consacrée au patrimoine matériel des théâtres, qu’elle a ouvert en juillet 2006 à Moulins dans l’Allier. Elle est aujourd’hui présidente des Arts Florissants.

 

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, le développement urbain, la multiplication des lieux de convivialité, l’encadrement légal du travail favorisent le temps des loisirs? D’autres genres de divertissement naissent, dont d’autres types de danse. Les « danses de barrière », le « chahut » qui deviendra le « french cancan », sont pratiquées par une jeunesse éprise de  liberté dans la multiplicité de lieux de plaisir ouverts au pied des fortifications, en banlieue comme à Paris. D’abord représentatives du « tout est permis », réprimées par la police, ces danses ont bientôt leurs figures obligées, leur langage et leurs vedettes. Peu à peu cette danse libre va se théâtraliser puis se figer, passant de l’individuel au collectif, pour la présenter des lieux spécifiques – comme le Moulin Rouge – vont s’ouvrir, fréquentés par un public qui traverse toutes les couches de la société. Le « french cancan » est né, spectacle qui va devenir, et reste, un des moments incontournables des circuits touristiques de Paris.

Comment la peinture avec Toulouse-Lautrec bien sûr, mais aussi avec toute une génération d’artistes, puis de cinéma, rendent compte de ce phénomène.

 

 

Vendredi 17 mai 2019, conférence à 18h, Athénée, amphithéâtre Wrésinski, place saint Christoly

Ill. : French cancan

Facebook