Magritte érotique

Michel DRAGUET
Directeur général. Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique

Directeur des Musées royaux de Belgique. Spécialiste de l’art belge des XIXe et XXe siècles, il est notamment l’auteur de plusieurs ouvrages consacrés à Fernand Kknopff et René Magritte/Il  est membre[3] de la classe des arts[4] de l’académie royale de Belgique élu le 6 janvier 2005.

Depuis ses premières toiles, René Magritte (1898-1967) n’a cessé de mener une œuvre qui a accordé à la femme une place centrale. Depuis Femme avec une rose à la place du cœur (1925), Magritte a fait de la femme l’idéal même du surréalisme conçu comme la redéfinition du réel. De là une production qui fait la part belle à l’appropriation des canons classiques de la beauté et qui s’ouvre à l’érotisme le plus cru dans le champ de l’illustration littéraire. Amateur de Bataille, initié à Sade, Magritte révèle une face insoupçonnée de son œuvre sous le signe du « principe de plaisir.

Ill. ; Magritte, L’Empire des images

Facebook