Les joyaux de la couronne française, de leur histoire rocambolesque de 1530 à 1887 et de leur représentation à travers les arts

Léonard POUY

Historien de l’art. L’Ecole des arts joailliers (avec le soutien de Van Cleef & Arpels)

Doctorat en Histoire de l’art, universités Paris-Sorbonne et de Genève, le sujet de sa thèse porte sur « Luctor et emergo ». Développement et réception de la scène de corps de garde dans la peinture néerlandaise du XVIIe siècle. Il a récemment été commissaire de l’exposition « Marchands de perles, Redécouverte d’une saga commerciale entre le Golfe et la France à l’aube du XXe siècle à Dubaï en 2019. dont il a rédigé le catalogue. Ses recherches actuelles portent entre autres sur l’histoire des Joyaux de la Couronne française

L’histoire très mouvementée des Joyaux de la Couronne française, institution créée par François Ier au cœur de la Renaissance, constitue une aventure singulière et fascinante qui se confond avec l’Histoire de la France depuis près de cinq siècles. Si ces pierres et ces bijoux exceptionnels en reflètent les soubresauts -guerres, difficultés économiques-, ils en éclairent aussi les moments les plus brillants. Au-delà de l’épopée historique, ils possèdent par ailleurs une grande valeur gemmologique et témoignent de l’excellence des savoir-faire français dans les domaines de la taille des pierres et de la joaillerie. Les Joyaux de la Couronne offrent en effet des exemples de créations joaillières extraordinaires et présentent en cela une valeur patrimoniale inestimable, à laquelle rend justice leur présentation actuelle au sein de la Galerie d’Apollon du Louvre, soit au cœur de l’ancien palais des rois de France, symbole du pouvoir monarchique.

Ill. : Portrait de Marie de Médicis par Philibert Delorme

Facebook