François Mansart, ou l’invention architecturale au temps de Louis XIII et de Louis XIV

Claude Mignot

Professeur émérite, université Paris-Sorbonne. Professeur au Centre d’études supérieures de la Renaissance de l’université François Rabelais à Tours (1992-2000), puis professeur à l’université de Paris-IV (Paris-Sorbonne) (2000-2012), il a codirigé avec Jean-Pierre Babelon, en 1998, pour le 4ème centenaire de sa naissance, le livre François Mansart, le génie de l’architecture, aux éditions Gallimard, ainsi que les expositions des Archives nationales et du château de Blois ; dix-huit ans après, pour le 350ème anniversaire de sa mort, il a publié François Mansart, un architecte artiste, aux éditions Le Passage, 2016. Il a publié par ailleurs notamment : L’architecture au XIXe siècle, Office du Livre, 1983 ; Le Val-de-grâce, l’ermitage d’une reine, CNMHS, 1994 ; Jacques Androuet du Cerceau, Les dessins des plus excellents bâtiments de France, éd. Le Passage, 2010 (en collaboration avec Françoise Boudon) ; Le château de Maisons, éd. du Patrimoine, 2013 ; Grammaire des immeubles parisiens, Parigramme, 2013 (1e éd., 2004) ; Paris, 100 façades remarquables, Parigramme, 2015.

 

Nous commençons à mieux connaître les dessins d’architecture du 17e (Alexandre Cojannot et Alexandre Gady, Dessiner pour bâtir, le métier d’architecte au XVIIe siècle, Le Passage, 2018) ; cependant avant 1660 presque tous ont disparu et ceux qui subsistent correspondent seulement à l’état final : dessins de présentation au commanditaire, dessins accompagnant les devis et marchés, gravures correspondantes. Il existe une exception remarquable, les dessins de François Mansart, qui présentent, eux, un panel assez complet des différentes fonctions du dessin d’architecture. Ils témoignent aussi, et c’est ce qui est passionnant, de l’invention toujours en mouvement de l’architecte : premières esquisses, dessins retouchés ou enrichis de retombes, dessins de présentation, qui seront modifiés en cours de chantier ; dessins accompagnant les devis, eux aussi souvent repris en cours d’exécution. A les regarder, on entre dans l’atelier de l’invention, on a presque l’impression de regarder par-dessus son épaule Mansart dessiner fébrilement un de ses chefs d’œuvre.

 

Vendredi 14 décembre 2018, conférence à 18h, Athénée, Amphithéâtre Wrésinsky, place saint Christoly

Ill. : Mansart François, Le château de Maisons-Laffitte

Facebook