Enquête sur les Figures de fantaisie de Fragonard : pourquoi Diderot n’est pas Diderot

  • Portrait de l’abbé de Saint-Non, 1769, détail.

 

Par Marie-Anne Dupuy-Vachey,

historienne de l’art spécialiste de Jean-Honoré Fragonard. Elle a travaillé durant de longues années au Louvre auprès de Pierre Rosenberg et elle a participé à l’exposition Fragonard de 1987-1988 au Grand Palais puis au Metropolitan Museum de New York. Elle est commissaire de l’exposition Fragonard. Les Plaisirs d’un siècle.

Jean-Honoré Fragonard (1732-1806) est surtout célèbre pour ses sujets galants, tels que Les hasards heureux de l’escarpolette ou Le Verrou. Pourtant son œuvre très variée compte nombre de paysages, de scènes familiales ou religieuses et également des portraits. C’est sur ce dernier aspect trop méconnu que portera cette conférence en se concentrant plus particulièrement sur une série de portraits dits de fantaisie. Que signifie cette appellation ? Comment une découverte récente a-t-elle bouleversé notre perception de ces portraits ? Pourquoi le plus célèbre d’entre eux ne peut plus être considéré comme celui du philosophe Diderot ? Voilà les questions auxquelles nous nous attacherons de répondre.

 

 

  • Vendredi 3 mars 2017. A 18 heures, Athénée Amphithéâtre Wrésinsky place Saint-Christoly
Facebook