Un chef-d’œuvre de la Renaissance sous le signe de Diane : Delorme, Cellini et Goujon au château d’Anet

Emmanuel lurin

Maître de conférences en histoire de l’art moderne, université Paris-Sorbonne

Maître de conférences en histoire de l’art moderne à l’université Paris-Sorbonne, il enseigne l’histoire des arts de la Renaissance en Italie et en France. Spécialiste du XVIe siècle, il travaille principalement dans les domaines de l’estampe, de l’architecture civile et des jardins, ainsi que sur l’étude savante des antiquités classiques à l’époque moderne. Au musée d’Archéologie Nationale, il a assuré en 2010 le commissariat scientifique d’une exposition consacrée au Château-Neuf de Saint-Germain-en-Laye. Ses derniers travaux portent sur l’architecture et les arts de cour au temps d’Henri IV.

Le Château d’Anet fut bâti de 1547 à 1552 par Philibert Delorme pour Diane de Poitiers (1499-1566), favorite d’Henri II. Philibert Delorme, fils d’un maçon, devint un humaniste érudit, lié avec Rabelais et le cardinal du Bellay qui, de 1533 à 1536, fit plusieurs voyages en Italie. Il publia en 1567 le premier traité d’architecture qui montre une réelle maîtrise de la géométrie, de la perspective et du dessin. Son œuvre à Anet ne nous est pas parvenue intacte, le corps central et une aile du bâtiment ont notamment disparu, en grande partie à cause du vandalisme des acquéreurs de biens nationaux.

Ill. : Château d’Anet, Vestibule, détail

Facebook