De Fontainebleau à Cadillac : les belles cheminées seigneuriales et leur rhétorique en France à la Renaissance – Emmanuel Lurin

Les cheminées sont vraiment d’un grand ornement pour les habitations », écrit en 1537 Sebastiano Serlio. Méconnues du public, comme de beaucoup d’historiens de l’art qui les ont généralement peu étudiées, les « belles cheminées » de la Renaissance nous conduisent au cœur du mode de vie aristocratique, de ce système de valeurs et de représentations sociales qui définissent l’état de « noblesse » dans la France d’Ancien Régime.  Car la cheminée est un organe essentiel de la demeure aristocratique qui cristallise, depuis le Moyen Age, une grande partie des décors et des symboles : elle est une « commodité » pour le maître de la « Maison », son entourage et les personnes qu’il reçoit, autant qu’une construction de prestige pour la famille, souvent monumentale et luxueuse, l’un des seuls éléments fixes et permanents du décor intérieur en France. La conférence mettra donc l’accent sur le langage symbolique des formes, sur les jeux de composition architecturale et sur l’utilisation de l’héraldique dans la décoration des cheminées des grands logis, avant de proposer quelques éléments d’histoire, de typologie et d’iconographie autour du vaste corpus des cheminées de la fin du Moyen Age et de la Renaissance en France.

Facebook